LAKAY MEDIA profilage-Repentigny Profilage racial à Repentigny: QS invite la CAQ à freiner ces «actions abusives»

Profilage racial à Repentigny: QS invite la CAQ à freiner ces «actions abusives»

Profilage racial à Repentigny: QS invite la CAQ à freiner ces «actions abusives»

Photo: Photo fournieAlexandre Leduc estime que sa troisième fois sera la bonne dans Hochelaga-Maisonneuve.

Le député solidaire d’Hochelaga-Maisonneuve, Alexandre Leduc, a réagi jeudi depuis la colline parlementaire au cas d’un jeune Noir, natif de Repentigny, qui soutient être victime de profilage racial par les policiers. L’élu a notamment interpellé la nouvelle ministre de la Sécurité publique, Geneviève Guilbault, sur ses «intentions pour faire cesser cette injustice».

Dans un article paru mercredi, Métro expliquait que le dossier de plainte de Stanley Jossirain contre 15 policiers de Repentigny serait tellement volumineux que l’organisme qui le soutient, le Centre de recherche action sur les relations raciales (CRARR), a décidé pour une première fois de viser aussi le chef de police. Une véritable avalanche de contraventions – à savoir 1500$ en six mois – serait tombée sur M. Jossirain, pour des motifs parfois qualifiés de futiles.

«Depuis quatre ans, je suis harcelé, intimidé. J’ai peur pour moi et ma famille. J’ai arrêté mes études d’ambulancier. Je prends des médicaments. Je dors mal et je n’ose plus sortir», a confié le jeune homme, qui a même dressé un parallèle avec le Mississippi des années 1950.

Aux dires d’Alexandre Leduc, la preuve n’est plus à faire au Québec. «Les personnes qui ont [entre guillemets] la mauvaise couleur de peau, qui habitent dans [entre guillemets] le mauvais quartier, ou qui s’habillent d’une manière qui déplaît aux forces de l’ordre sont sujettes à des contrôles de police arbitraires et récurrents», a-t-il expliqué, dans une déclaration écrite envoyée aux médias dont Métro a obtenu copie.

Selon le députée solidaire, cet état de fait est tout simplement «inacceptable» et mène parfois «à une violence intolérable et injustifiable».

Du changement demandé
Celui qui occupait jusqu’à tout récemment le poste de conseiller syndical à la Fédération des travailleurs et des travailleuses du Québec (FTQ) condamne l’inaction du gouvernement sur le profilage racial dans les dernières années.

«Ça fait des années qu’on sait que le profilage racial est bel et bien présent au Québec. Des rapports existent sur le sujet et les victimes se multiplient.» – Alexandre Leduc, dénonçant notamment le peu de volonté politique dans ce dossier depuis 2014.

«Est-ce que la ministre de la Sécurité publique va se saisir rapidement de ce dossier et s’asseoir avec les représentant.es des corps policiers pour que cessent ces actions abusives?», demande-t-il ensuite.

«Qu’allez-vous faire pour que les Québécois et Québécoises soient traités de manière juste devant nos forces policières?», renchérit le détenteur d’une maîtrise en histoire à l’UQAM dans sa massive, interpellant ici directement la ministre Geneviève Guilbault.

Pour Alexandre Leduc, des événements comme celui de Stanley Jossirain, à Repentigny, «nous rappellent la nécessité d’avoir une commission sur le racisme systémique». Celle-ci devrait, selon lui, inclure les problèmes de profilage racial et de discrimination dans la société.

«Les corps policiers se doivent de fournir les formations appropriées pour éviter ce genre de situation, mais également embaucher dans leurs rangs des personnes issues des minorités», implore le responsable de Québec solidaire en matière de justice sociale et de sécurité publique.

Sur Facebook, la publication du député a suscité beaucoup de réactions. «Il devrait y avoir une entité externe aux services de police, parce qu’on sait tous que le corps policier se sert les coudes au détriment d’une réelle justice. Ce n’est pas seulement à Repentigny, partout au Québec c’est comme ça», tranche notamment un internaute.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *