LAKAY MEDIA Non classé,profilage-Repentigny Profilage racial à Repentigny : une enquête exigée

Profilage racial à Repentigny : une enquête exigée

Des résidents de Repentigny dénoncent le traitement dont ils estiment être victimes de la part du corps policier de la Ville. Ils demandent à la ministre de la Sécurité publique du Québec de mettre sur pied une enquête sur des pratiques de profilage racial et de harcèlement policier à l’endroit d’hommes noirs dans la municipalité.

« Depuis le mois d’octobre 2018, le CRARR a déposé 10 plaintes en lien avec du profilage racial auprès de la Commission des droits de la personne », explique Alain Babineau, conseiller pour le Centre de recherche-action en relations raciales (CRARR).

Il affirme qu’il y a un problème systémique dans les pratiques de la police de Repentigny, touchant les personnes de tous âges, mais uniquement de la communauté noire.

« Un monsieur de 75 ans s’est fait intercepter par la police alors qu’il avait ses deux petits-enfants avec lui. Le policier les a fait sortir du véhicule pour des raisons de vérification », soutient Alain Babineau.

La Ville de Repentigny fait valoir qu’elle a mis en place une série de mesures pour améliorer la relation entre les policiers et les communautés culturelles. Alain Babineau considère que la situation s’est empirée depuis.

« On ne parle pas de rapprochement entre les communautés ethniques et le service de police. On parle de pratique policière illégale. La Cour suprême l’a dit, le profilage racial est illégal », souligne Alain Babineau, qui a été policier pendant 29 ans à la Gendarmerie royale du Canada (GRC).

Le directeur général de la Ville de Repentigny, David Legault, rejette les accusations formulées par le CRARR. « Ça ne représente pas la réalité de nos relations avec nos communautés », estime-t-il.

Ce qu’on voit sur le terrain, c’est des rapprochements qui se réalisent et se consolident de mois en mois avec la communauté.

David Legault

Le directeur général soutient que l’administration a mis de l’avant un plan d’action pour favoriser le vivre-ensemble. De la formation est donnée aux employés pour s’assurer qu’ils traitent l’ensemble des citoyens équitablement.

« La discrimination n’est pas acceptée à la Ville de Repentigny », assure David Legault.

Écoutez l’entrevue réalisée avec David Legault.

Laisser une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *